Transformation de la « Ferme du Bourg » de Montseveroux

Localisation
Montseveroux - Isère (38)
MOA
  • OPAC_38 (logements sociaux)
  • Communauté de Communes du Territoire de Beaurepaire (activités)
  • Commune de Montseveroux (place)
Acteurs clés
  • V.Rigassi (Architecte, OPC)
  • Les Pressés de la Cité (Architecte-Urbaniste)
  • Batiserf Ingénierie (Structure)
  • Nicolas Ingénieries (Fluides)
  • Diptyque (Economie)

Le projet porte sur la réhabilitation de la « Ferme du Bourg » à Montseveroux.

La réhabilitation de la « Ferme du Bourg » est née d’une collaboration entre l’OPAC 38, la Commune de Montseveroux et la Communauté de Communes du Territoire de Beaurepaire. Répondant à la volonté locale de créer des logements à loyer modéré tout en conservant le patrimoine de la commune, l’opération a permis de redynamiser le cœur du village grâce au développement de services et à la requalification d’espaces publics. Une opération exemplaire qui fait la démonstration de la capacité des constructions en pisé à relever les défis de la qualité d’habiter au XXIe siècle grâce à une équipe de maîtrise d’œuvre avertie.

PRÉSENTATION DU PROJET
Le projet s’inscrit dans une démarche de Haute performance Energétique (HPE). Les déperditions Ubat (isolation de l’enveloppe) et CEP (consommations d’énergie primaire) ont été réduites de plus de 30 % en moyenne par rapport à la réglementation thermique de 2005, encore en vigueur lors des travaux. Une chaufferie collective, alimentée par du bois déchiqueté et pouvant être approvisionnée avec des essences locales, assure la production d’énergie. L’espace public créé permet d’harmoniser l’ensemble et de valoriser le nouveau statut de l’ancienne ferme. Les ouvertures préexistantes habillées de volets type « dauphinois » côtoient les nouveaux percements traités de manière contemporaine.

Pour sauvegarder ce patrimoine bâti, un travail important a été entrepris à plusieurs niveaux :

  • la toiture et les planchers bois ont été traités ensemble comme le faisaient autrefois les charpentiers afin d’assurer cohésion et coordination. Les chaînages hauts en bastaing évitent le recours inutile au béton armé en assurant une meilleure souplesse et durée de vie au bâtiment.
  • l’isolation, aussi bien intérieure qu’extérieure, a bénéficié de matériaux plus naturels et « perspirants » qu’une isolation classique, préservant ainsi les spécificités du pisé : ouate de cellulose projetée à l’intérieur et enduit « correcteur thermique » à base de chaux et de granulats de pouzzolane à l’extérieur.

PROGRAMME

  • Une pizzeria, une agence postale, un cabinet d’infirmières et un atelier artisanal pour la partie « activités »
  • Cinq logements sociaux dont les loyers s’échelonnent entre 371 € et 582 € toutes charges comprises pour la partie « logements locatifs ».
  • Une place de plus de 2 000 m2 réaménagée (la Place des Dauphins).

RETOUR D’EXPÉRIENCE
Une fois achevée, cette réalisation semble n’être que du bon sens ; elle doit sa réussite à la concordance de volontés politiques des élus, de l’engagement de l’OPAC et du savoir-faire de l’architecte et des entreprises. En donnant une nouvelle vie à l’ancienne grange c’est aussi la vie du village qui se trouve redynamisée et embellie.


Voir en ligne : https://www.caue-isere.org/operatio...